S'abonner

Chargé d’études de diagnostic

par ataroa | - réagissez

Bruno Godart, directeur technique du département ouvrages d’art du LCPC. [©BLM]

Un métier proche de l’expertise.


Le chargé d’études de diagnostic d’ouvrages d’art établit un diagnostic sur l’état d’une structure. Il intervient en tant qu’expert après le pré-diagnostic, réalisé par le chargé d’études d’inspection. Explications avec Bruno Godart, directeur technique du département ouvrages d’art du LCPC1.


« Le chargé d’études de diagnostic d’ouvrages d’art intervient après le chargé d’études d’inspection2. Il part du rapport d’inspection détaillé, sorte de pré-diagnostic, rédigé par ce dernier et qui établit la nature, la localisation et la gravité des désordres. S’il a des questionnements à la lecture de ce rapport, il pourra effectuer une visite complémentaire de l’ouvrage. Il s’appuie donc sur ce rapport d’inspection, sur les plans existants et sur le dossier d’ouvrage détenu par le maître ou le gestionnaire d’ouvrage pour établir un diagnostic complet de l’état de l’ouvrage.
La mission du chargé d’études de diagnostic est de poursuivre ce pré-diagnostic en proposant un programme d’investigations complémentaires. Il peut s’agir de prélèvements de matériaux à des fins d’analyse, d’auscultations non destructives à l’aide d’instruments de mesure ou de méthodes d’essais non destructives afin d’évaluer l’état de la structure ou des matériaux, ou d’un recalcul de l’ouvrage pour évaluer sa capacité portante dans le cas ou des désordres structurels sont patents, par exemple des fissures de flexion ou d’efforts tranchants. Il peut être amené à conseiller des mesures d’urgence pour la sécurité des usagers comme la restriction de circulation et à signaler les travaux urgents à réaliser comme le remplacement d’un tronçon de garde-corps qui a disparu. Ou bien encore proposer de mettre l’ouvrage sous surveillance renforcée avec des fréquences de visites plus fortes ou sous haute surveillance avec la mise en place d’une instrumentation avec déclenchement d’alarme et plan d’intervention, ou bien prononcer une mesure de sauvegarde avec des étaiements ou un confortement de la structure en accord avec le client.
Enfin, il peut proposer des actions d’entretien, des réparations de matériau  ou des renforcements structurels. Dans le cas de réparations importantes ou structurelles, l’auscultation est nécessaire comme, par exemple, pour évaluer l’ampleur de la corrosion d’aciers sous le béton sans qu’il y ait de symptômes extérieurs.
Ces investigations complémentaires vont permettre d’établir le diagnostic définitif. Ce diagnostic permet d’expliquer l’origine et l’étendue des désordres observés et d’évaluer la capacité portante de la structure. Le chargé d’études de diagnostic doit, dans la mesure du possible, être capable de faire un pronostic sur l’évolution ou non, rapide ou non, des pathologies. Ce diagnostic est le “point zéro” de tout projet de réparation.
En réalité, le diagnostic du chargé d’études se rapproche de l’expertise. Il est en relation étroite avec le milieu de la recherche sur les matériaux et les techniques physiques et chimiques d’analyse. »

1 Laboratoire Central des Ponts et Chaussées.
2 Lire Béton[s] le Magazine n° 29, p. 63.


Abécédaire

A comme Avantages
Le chargé d’études de diagnostic est comme un médecin spécialisé qui peut, à tout moment, découvrir une nouvelle pathologie.

I comme Inconvénients
Certains maîtres d’ouvrage ne sont pas sensibilisés à la démarche d’expertise et au diagnostic. Ils passent ainsi du rapport d’inspection détaillée de l’état de l’ouvrage à la réparation, sans passer par la phase de détermination des causes des pathologies.

M comme Matériaux
Le béton armé, précontraint. La maçonnerie. Les métaux. Le bois. Mais aussi, les revêtements de protection, les colles, les cires, les graisses, les huiles de décoffrage…

M comme Missions
Il réalise le diagnostic de l’état d’une structure dans le cadre de la maintenance afin d’aider le gestionnaire à décider de ce qu’il va faire de son ouvrage (le remplacer, le réparer, le renforcer).

O comme Outils
La doctrine technique (normes, guides techniques, recommandations, règlements, calculs). La littérature scientifique et technique. Les méthodes d’auscultation.

P comme Panoplie
Tenue de chantier : les EPI traditionnels…

Q comme Qualités
Curiosité, perspicacité, logique et honnêteté.

S comme Salaire
De 38 000 à 55 000 €/an en fonction du degré de connaissances et d’expertise.


Formation

Un diplôme d’ingénieur structure. Ensuite des formations continues aux matériaux et aux diverses méthodes d’auscultation. Par exemple à l’ENPC Pont Formation Edition.

Parution :

Les commentaires sont fermés.

A lire aussi dans la rubrique Métiers

- réagissez

Plaquiste : Le chef d’orchestre de l’aménagement

Maître des formes et des volumes, le plaquiste est l’expert incontesté de l’isolation et du confort. Présentation d’un métier technique et créatif en mutation constante, avec Jérôme Coursier de l’entreprise JC Bâtiment, installée à Saint-Rémy-de-Provence (13).

- réagissez

Façadier-itéiste : Le traqueur de ponts thermiques

Le métier de façadier-itéiste est assez récent. La main-d’œuvre formée est rare, mais souvent passionnée par ce métier qui mêle technique et esthétique, et qui devrait offrir de belles opportunités. Découverte avec Pascal Rambaud, directeur de l’entreprise Espace et Energie (78).

- réagissez

Devenir… Echafaudeur : « Priorité sécurité »

Tout chantier de rénovation de façade se doit d’avoir un échafaudage pour pouvoir être traité en toute sécurité. La sécurité, c’est justement le cœur du métier de l’échafaudeur. Découverte avec Claude Davouste, directeur d’exploitation et gérant d’Echafaudage Service, filiale de Layher.

ACPresse sur les réseaux sociaux

Du coté de nos magazines

Couv BLM72

Bétons le Magazine

Le n° 72 est paru

Nos partenaires